mercredi 14 octobre 2015

Bollywood Horror

L’industrie cinématographique indienne, connue sous le terme de “Bollywood”, occupe le premier rang mondial en termes de production et du nombre de spectateurs.
Le marché des films indiens s’étend à l’Afrique, au Moyen-Orient et à l’Asie du Sud Est. Certains blockbusters sont même doublés en d’autres langues.
Le genre horrifique y a toujours occupé une place privilégiée dès la fin des années 40, avec des histoires de fantômes.
Les années 70 et 80 voient les films d’horreur évoluer et rencontrer un succès sans cesse croissant, qui se poursuit encore ajourd’hui.
Les réalisateurs puisent leurs influences dans la littérature, le folklore et les légendes indiennes, mélangés à des influences occidentales (notamment L’Exorciste, de William Friedkin). Ces influences peuvent aller jusqu’au remake pur et simple.
Graphiquement, les affiches entièrement peintes à la main ont tendance à disparaître à partir des années 80 pour être remplacées par des photomontages ou des collages, où subsiste néanmoins l’esthétique spectaculaire et naïve propre aux films d’exploitation (messages visuels explicites).
Le spectateur est placé devant un déluge visuel où se mêlent têtes de créatures malfaisantes, visages horrifiés parfois couverts de sang, têtes de mort, dans des tons où dominent le jaune, l’orange et le rouge, contrastant avec le bleu et le vert qui peuvent apparaître dans les fonds..
La composition est fréquemment pyramidale, la position dominante étant occupée par une grande tête démoniaque autour de laquelle s’enchevêtrent plusieurs personnages représentés à différentes échelles. Le titre, souvent placé en évidence en bas de l’affiche, est construit comme une image à part entière avec des effets de perspective, de matière et de volume.



















Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire