mercredi 14 octobre 2015

Ramachandraiah

Cet affichiste indien, toujours en activité, possède un petit atelier-imprimerie dans la ville de Bangalore où il travaille à la commande depuis 1971 pour les cinémas locaux, réalisant des affiches pour des films aussi bien indiens qu’occidentaux.
Il ne s’agit donc pas de posters officiels mais d’oeuvres subjectives, où l’artiste interprète à sa façon sa propre vision du film.
On peut presque parler de “bootlegs” ou de “posters pirates”.
Les originaux sont entièrement réalisés à la main, en 5 couleurs, puis imprimés en lithographie par une vieille machine sur du papier très fin au format 30 x 20 inches (environ 75 x 50 cm). Ils sont ensuite placardés un peu partout dans la ville, comme des sortes de publicités sauvages.
L’atelier imprime un poster différent toutes les 3 heures. Il produit donc deux à trois posters chaque jour.
Ramachandraiah a donc déjà réalisé probablement plus de 20.000 affiches originales.
Il en résulte des images dont l’esthétique se situe entre le carnet de croquis et l’étiquette de boisson gazeuse.
Ce travail est très intéressant à étudier car il s’agit d’un vocabulaire graphique reposant entièrement sur l’économie de moyens et l’efficacité.
L’artiste a mis au point une grille lui permettant de réaliser sa commande le plus rapidement possible.
Techniquement l’affiche de format horizontal comprend presque toujours un fond décomposé en 2 parties : quadrillages à gauche et lignes horizontales à droite. Ce fond est colorié horizontalement en jaune, puis rouge, bleu et vert.

L’affiche se divise la plupart du temps en deux parties : le ou les personnages (maximum 3) à gauche sur le fond quadrillé, et les typos à droite sur le fond ligné. Le titre du film est souvent tracé en rouge dans un cartouche et figure dans la partie inférieure de la composition. Les personnages sont dessinés au trait, la matière créée avec des lignes ou des quadrillages.




























Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire